Chronique, lecture, livres, Non classé, Romance

Le manuscrit proscrit de Nur Jahan-Cécilia Correia

Aerie [Magonia #2]-Maria Dahvana Headley

couv42868924

Editions: J’ai Lu

Genre: Romance

Nombre de pages: 471 pages

Résumé:

Dorsetshire, 25 octobre 1836,
Les mots me manquent pour exprimer mon ressenti en reprenant, moins d’un an après mon retour en Angleterre, les annotations diverses effectuées au cours de mon expédition en Inde. Quiconque viendrait à les lire pourrait penser à tort que la raison m’a abandonnée. Que le Ciel m’en soit témoin, ce n’est point le cas.
C’est avec une appréhension certaine que je me replonge dans cette aventure, là où tout a commencé, non loin du Cap des Aiguilles, alors que la fureur d’une terrible tempête était sur le point de s’abattre sur notre vaisseau…

Mon avis:

Le titre de ce livre m’intriguait mais j’avais que je l’ai ajouté à ma PAL sans savoir de quoi il en retournait. En tout cas, j’ai été très surprise, ce n’était pas ce à quoi je m’attendais!

Ce récit se classe dans la catégorie des romances et le résumé ne laisse en rien présager les événements qui s’y passent. En l’occurrence, c’est assez dérangeant, surtout pour ceux qui n’aiment pas les récits à tendance érotique. Le résumé, le titre, la couverture, rien ne laisse penser que ce roman tourne autour d’une relation charnelle. Certains diraient que ce n’est pas si choquant, mais quand même: le nombre de scènes de sexe est tout de même remarquable.

J’ai été très déçue par la romance. Je n’ai tout simplement pas ressenti d’amour entre les deux intéressés, Jude et Assagor. De même, en aucun cas je n’ai senti qu’ils tombaient amoureux l’un de l’autre. Leur attirance était purement et simplement charnelle, sans sentiments. C’en était même pénible car dès qu’ils étaient en présence l’un de l’autre, il y avait une tension entre eux. De plus, à partir de la seconde moitié, on rentre dans le schéma « oublie-moi, c’est mieux », etc.

Du point de vue personnages, c’est simple: je n’en ai apprécié aucun. On n’en apprend pas assez sur eux, la plupart sont simplement spectateurs de l’histoire, présents car il faut bien un contexte à l’histoire. Jude en particulier commençait à m’agacer avec cette manie de demander « qui êtes-vous? » en permanence, tout en connaissant parfaitement la réponse. Quant à Devak, je l’ai trouvé tout simplement odieux.

L’intrigue n’est pas bien folle. Le manuscrit entrant en possession de Jude est, certes, intriguant, mais sans plus. On ne comprend sa raison d’être qu’à la fin, mais j’avoue ne jamais m’être posé la question au long du récit. Il était tout simplement l’instrument permettant la rencontre entre Jude et Assagor, sans plus. C’est pour cela que j’ai trouvé que la révélation de celui-ci tombait comme un cheveu sur la soupe. Cela apporte un élément qui n’est pas indispensable à l’histoire, loin de là. L’épilogue, quant à lui, m’a laissée de marbre: j’étais impatiente que ça se finisse.

Parlons maintenant du style, qui n’est pas exceptionnel. Agréable à lire, mais pas fluide au point que les pages tournent seules. L’auteur utilise beaucoup de mots indiens, mais a choisi de ne pas mettre de lexique à la fin… ça aurait pourtant été sympathique parce que c’est difficilement compréhensible. Quand je lis un livre, je n’ai pas envie de me casser la tête pour comprendre le langage utilisé.

En bref, ce roman a le goût amer d’une déception, malgré la surprise qu’il a suscité. Je pense qu’il devrait y avoir un élément pouvant alerter sur le contenu de ce roman.

2,5/5

25

Chronique, Contemporain, Contemporaine, lecture, livres, Non classé, Romance

Pardon-Erika Boyer

Aerie [Magonia #2]-Maria Dahvana Headley

couv534794701Editions: Auto-édité
Genre: Romance, Contemporain
Nombre de pages: 316 pages
Résumé:

Tandis que le monde évolue et que la jeunesse fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit qu’avant, il reste tout de même des sujets dont il ne faut pas parler, des tabous qui ne sont pas prêts à être brisés. Mais quand l’inceste cache un amour inconditionnel, que deux âmes ont simplement eu la malchance de ne pas naître dans les bons corps, n’est-il pas envisageable d’accepter l’inacceptable ?

Will ne prendra pas le risque, il préférera partir à 600 km de sa soeur plutôt que de potentiellement l’entraîner dans sa déchéance. Reste à savoir si « loin des yeux, loin du coeur » est une réalité ou bien un proverbe menteur, et si Sarah acceptera de perdre son frère dans ce sacrifice amoureux.

« Je ne veux pas tourner la page. J’aime ce livre dont nous sommes les héros. »
Mon avis:

J’ai gagné ce roman via un concours sur le compte Twitter de l’auteur, et c’était une bonne occasion de la découvrir!

Ce roman traite d’un sujet que l’on voit peu dans la littérature: l’inceste. Will est amoureux de sa soeur, et décide de s’en éloigner pour ne pas l’entraîner dans sa déchéance. Nous le suivant pendant trois ans durant lesquels il tente d’oublier son amour pour elle, en vain.

Pardon est une histoire touchante, un peu triste aussi. Qu’on se le dise: à aucun moment je n’ai ressenti du dégoût, en fait on oublie assez facilement que Will et Sarah sont frère et soeur. J’ai ressenti, en revanche, de la tristesse pour Will. L’inceste est tabou, mal vu par la société, et il voit son amour pour sa soeur comme quelque chose de mauvais. Il a honte de ses sentiments, il est malheureux. Je n’avais d’autre choix que de m’attacher à lui, et de le prendre en pitié, aussi.

J’ai trouvé que le sujet était abordé de telle manière que la situation ne semblait pas étrange, si vous voyez ce que je veux dire. C’est abordé d’une manière juste, touchante.

Ce roman se lit rapidement. Cela vient peut-être du fait que trois années passent en si peu de pages, mais le style de l’auteur y est aussi pour quelque chose! Erika Boyer a une plume très agréable à la lecture, fluide. Son style donne du naturel à l’histoire, les mots coulent entre les pages si bien qu’on les tourne très facilement sans s’arrêter. La curiosité avait pris le dessus: je devais à tout prix connaître la suite, comment cette histoire se finirait. J’ai même été surprise par la réaction de certains personnages.

En bref, j’ai beaucoup apprécié ma lecture et j’ai passé un bon moment aux côtés de Will.

4/5

4

Chronique, Jeunesse, lecture, livres, Romance

La Couronne [La Sélection #5]-Kiera Cass

Éditions: Robert Laffont

Genre: Jeunesse, Romance
Nombre de pages: 333 pages
Résumé: Il ne doit en rester qu’un.

Vingt ans après la Sélection d’America Singer, et malgré l’abolition des castes, la famille royale d’Illeá doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : l’heure est venue de lancer une nouvelle Sélection.

Sa mère à l’article de la mort, son père dévasté, il est temps pour la princesse Eadlyn de passer à la vitesse supérieure dans le processus de la Sélection. Encore novice aux jeux de l’amour et du pouvoir, détestée par une partie de l’opinion publique, elle doit pourtant choisir au plus vite son Élite de six prétendants.

Devenir femme, épouse et reine en l’espace de quelques semaines, telle est la lourde tâche qui repose sur les épaules de la princesse. Mais le cœur peut se révéler un précieux allié, pour qui sait l’écouter…


Mon avis:

J’ai choisi de lire ce livre dans le cadre du challenge “objectif du mois” pour le mois de juin, pour lequel il fallait finir une saga de plus de 2 tomes.


La première chose que j’ai remarquée, c’est au niveau des personnages: tous ont évolué depuis le tome précédent, en particulier Eadlyn. C’est une toute autre personne que l’on découvre: de détestable, elle passe à plutôt sympathique. Elle est clairement moins auto-centrée et s’occupe plus des autres, elle est plus responsable. Cependant, elle reste naïve et j’ai même trouvé qu’elle se fragilisait. Cette fragilisation lui permet notamment de montrer ses sentiments. Un autre personnage a changé, il s’agit de Josie, la soeur de Kile. Elle m’agaçait au plus haut point dans le tome précédent, mais c’est devenue une jeune fille raisonnable et consciente des responsabilités d’Eadlyn, ce qui en faisait ici un personnage plus agréable.


Le style est léger, ça se lit facilement. Cependant, je ne pense pas que c’est le genre de livre que je lirai tous les jours car ça n’a clairement rien d’exceptionnel: ça ne donne pas l’impression d’être très travaillé, et quand des sujets graves sont abordés, le style reste aussi léger et ne donne pas assez d’ampleur, de poids aux événements. Tout est dédramatisé.


L’histoire m’a globalement satisfaite. On y retrouve, comme je l’ai dit auparavant, des personnages qui mûrissent et qui fond des choix qui sont tout de même assez prévisibles. Dans la globalité, c’est plutôt prédictible, mais quelques éléments m’ont surprise.


En bref, c’est une bonne lecture détente.
4/5

Chronique, Contemporaine, lecture, livres, Romance

Two Boys Kissing-David Levithan

Editions: Knopf (Young Readers)
Genre: Contemporaine, Romance
Nombre de pages: 196pages
Résumé: New York Times bestselling author David Levithan tells the based-on-true-events story of Harry and Craig, two 17-year-olds who are about to take part in a 32-hour marathon of kissing to set a new Guinness World Record—all of which is narrated by a Greek Chorus of the generation of gay men lost to AIDS. While the two increasingly dehydrated and sleep-deprived boys are locking lips, they become a focal point in the lives of other teen boys dealing with languishing long-term relationships, coming out, navigating gender identity, and falling deeper into the digital rabbit hole of gay hookup sites—all while the kissing former couple tries to figure out their own feelings for each other.

Mon avis:

Au premier abord, je ne pensais pas apprécier ce livre. La voix utilisée me semblait trop distante, je n’étais pas sûre de ce dans quoi je m’embarquais. Pourtant, j’avais très envie de découvrir la plume de David Levithan, et c’est sans regret que je l’ai fait.

Ce livre est petit, certes, mais ça ne l’empêche pas de contenir énormément de choses. C’est le genre de livres qui en dit plus en 200 pages qu’un livre de 800 pages, tellement le message qu’il contient est fort, important, tellement ce message me tient à coeur. Je suis passée par tout un tas d’émotions durant ma lecture: la colère, le soulagement… J’ai eu envie de sourire, parfois, mais aussi envie de pleurer.

Ce livre nous fait rencontrer des personnages touchants. Au premier abord, la voix utilisée me semblait distante, inappropriée pour faire comprendre les émotions qu’ils ressentaient. Au contraire, maintenant que j’ai terminé ma lecture, je n’ai qu’une chose à dire: l’auteur n’aurait pu choisir une voix avec un impact plus fort, qui me fasse sentir plus proche des personnages. Ces derniers ont tous une profondeur, sont tous touchants.

Mon avis est peut-être court, mais j’ai trouvé cette histoire tellement touchante que je ne trouve pas vraiment les mots pour m’exprimer dessus. Au moment où j’écris cette chronique, il est peut-être simplement trop tôt, mais j’ai dis ce que j’avais à dire. Ce roman est une petite pépite, et je pense qu’il faut vraiment le découvrir, qu’il aurait dû être traduit en français. Mais peut-être aurait-il perdu de son impact à la traduction…

En bref, je n’ai qu’une chose à dire: j’ai beaucoup apprécié ma lecture.
4/5.

Chronique, Fantasy, lecture, Lecture VO, livres, Romance

Kings Rising [Prince Captif #3]-CS Pacat

Editions: Berkley Books
Genre: Fantasy, Romance
Nombre de pages: 363 pages
Résumé: Damianos of Akielos has returned.

His identity now revealed, Damen must face his master Prince Laurent as Damianos of Akielos, the man Laurent has sworn to kill.

On the brink of a momentous battle, the future of both their countries hangs in the balance. In the south, Kastor’s forces are massing. In the north, the Regent’s armies are mobilising for war. Damen’s only hope of reclaiming his throne is to fight together with Laurent against their usurpers.

Forced into an uneasy alliance the two princes journey deep into Akielos, where they face their most dangerous opposition yet. But even if the fragile trust they have built survives the revelation of Damen’s identity—can it stand against the Regents final, deadly play for the throne?


Mon avis:


Quand j’ai commencé ma lecture, c’était surtout par envie de voir l’histoire entre Laurent et Damen évoluer. Je m’attendais à ce que ma lecture me plaise, mais pas à ce point.


Comme avec les tomes précédents, CS Pacat mène son intrigue d’une main de maître. C’est une histoire riche en rebondissements, mais aussi en révélations, et je suis passée par de nombreuses émotions. Je savais que, dans ce tome, il se passait certaines choses grâce à Tumblr, mais je ne m’attendais pas à ressentir tant de choses, à être surprise par ce que je savais déjà. C’est une auteure très douée et j’ai beaucoup aimé découvrir sa plume cette fois en VO, sans le filtre d’un traducteur. D’ailleurs, la lecture en VO est assez simple, seuls quelques mots m’ont posé problème, mais il était facile de deviner leur signification grâce au contexte. C’était un vrai plaisir de découvrir cette trilogie, et j’espère que l’auteure publiera d’autres romans de la même qualité.


En effet, je n’ai cessé d’être surprise par les retournements de situation, à tel point que je n’ai très vite plus su où donner de la tête. C’est assez perturbant de se mettre à détester son personnage préféré pour se remettre à l’adorer deux pages après, mais ça incite à tourner les pages! Cependant je rechignais à les tourner, parce que je n’avais pas envie de quitter Laurent et Damen, de quitter cet univers et cette histoire. Cela n’empêche pas que ce fut une lecture très rapide, que je ne voyais pas les pages passer, à tel point que j’avais l’impression de manquer des choses alors qu’en fait, pas du tout!


Au niveau personnages, on en découvre plus sur Laurent et j’ai vraiment aimé ça. Il n’est plus du tout l’homme froid et calculateur rencontré dans le premier tome. On découvre plutôt un garçon qui a vécu des traumatismes, et bien que l’étendue de ceux-ci ne soit pas révélée, on ne peut que trop bien s’imaginer ce qu’il a vécu. Au final, c’est un garçon qui a perdu son enfance car il était destiné à devenir le roi, mais aussi parce qu’il était déterminé à se venger de Damen. Ça m’a vraiment fait plaisir de le voir enfin exprimer des émotions, et, grâce aux quelques moments que l’on a de son point de vue, on peut s’immiscer un peu dans sa tête. Quand à Damen, depuis le début on le suit, mais c’est tout de même un personnage agréable que j’aime beaucoup.


La fin, elle, m’a fait passer par beaucoup de crainte. Les personnages se retrouvaient dans une situation assez stressante, et ça n’était pas facile de garder mon calme parce que je voulais à tout prix qu’ils gagnent. Pour moi, cette fin n’aurait su être meilleure, elle était ce que je recherchais et a même dépassé toutes mes espérances. C’est une conclusion très satisfaisante pour cette trilogie. Elle est puissante, percutante.


En bref, ce fut une excellente lecture, qui conclut parfaitement bien une trilogie qui s’améliore au fil des tomes et que je recommande chaudement.

Chronique, CS Pacat, Fantasy, lecture, livres, Prince captif, Romance

Le guerrier [Prince Captif #2]-CS Pacat

Éditions: Milady
Genre: Fantasy, Romance
Nombre de pages: 415 pages
Résumé: Alors que leurs royaumes sont sur le point d’entrer en guerre, Damen et son nouveau maître, le prince Laurent, doivent échanger les intrigues de palais contre la violence ouverte des champs de bataille. Contraint de dissimuler son identité, Damen est de plus en plus attiré par le dangereux et charismatique Laurent. Mais alors que la fragile confiance entre les deux hommes se renforce, les secrets de leurs passés risquent de leur porter un coup fatal…

Mon avis:

J’avais tellement adoré le premier tome qu’il fallait absolument que je continue cette série (et je n’enchaîne jamais deux tomes à la suite, c’est pour dire!).


Contrairement au premier tome, je n’ai pas lu Le guerrier d’une traite, mais seulement par fatigue ou pour retarder le moment auquel je tournerais la dernière page et où l’attente pour le 3ème tome commencerait vraiment. Cela ne veut donc pas dire que je n’ai pas trouvé l’histoire passionnante, bien au contraire.


J’ai pu sentir, dès les premières pages, que ce tome serait plein d’action et je ne me suis pas trompée. J’ai passé mon temps à m’inquiéter pour Laurent et Damen, à me demander comment ils s’en sortiraient, s’ils n’étaient pas tombés dans un piège, etc… (mais surtout à me demander quand est-ce qu’ils s’embrasseraient, je plaide coupable!). Il y avait plein d’action, mais aussi de tension (et visiblement les campagnes militaires rapprochent, dans ce royaume… )


J’ai trouvé que l’auteur avait réussi son coup, parce qu’en plus de ça, il y a des histoires de trahison. Ces dernières peuvent venir de n’importe où et autant dire que j’ai été choquée et surprise vis à vis des révélations sur un certain personnage dont je tairais le nom ici! Cette écrivaine sait décidément y faire concernant les personnages qui cachent bien leur jeu!


Il n’y a pas que de l’action dans tout ça: on peut aussi voir les relations entre les personnages évoluer (et je ne parle pas de Laurent et Damen, même s’ils sont mon couple préféré), et ça fait plaisir de voir qu’une sorte de fraternité a été instaurée entre les soldats, on pourrait presque se dire qu’ensemble, ils pourraient faire l’impossible alors que c’est une belle équipe de bras cassés!


Encore une fois, Laurent m’a surprise par sa capacité de planification, ainsi que sa capacité à être toujours pile à l’heure peu importe ce qu’il se passe. Ce gars est juste hallucinant, et, même si au départ je le voyais comme un connard fini, il est vite devenu mon personnage préféré. J’ai même failli pleurer pour lui, c’est pour dire!


En bref, mes pensées sont vraiment très positives à l’égard de ce roman, et j’ai vraiment hâte de pouvoir lire le tome 3!

Chronique, Fantasy, lecture, livres, Prince captif, Romance

L’esclave (Prince Captif #1)-CS Pacat

Editions: Milady

Genre: Fantasy, Romance
Nombre de pages: 315 pages
Résumé: Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi.Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

Mon avis:

Même si ce n’est pas le genre de livre que je lis d’habitude, le résumé m’avait interpellée et je me suis donc procuré ce roman.


Je vais être claire tout de suite: si vous vous attendez à un aspect romantique entre les deux personnages principaux, Laurent et Damen, vous allez être déçus car il n’y en a absolument aucun. En revanche, cet aspect m’a assez plu parce qu’on s’éloigne de la romance simple et mignonne, du couple parfait etc. On est bien loin de tout ça!


Ce livre est loin d’être un chef d’oeuvre, il n’est pas exceptionnel mais cependant la plume de l’auteur est efficace. J’ai lu ce roman d’une traite, je ne parvenais pas à m’en détacher, il fallait absolument que je connaisse la suite. L’histoire m’a emportée dès la première page, je voulais toujours en savoir plus: pourquoi était-il arrivé cela à Damen, pourquoi Laurent était comme il est…


En soi, ce premier tome n’est pas vraiment plein d’action mais j’ai trouvé qu’il plantait un décor assez complet du monde dans lequel il est situé. De plus, il permet de mettre en place clairement l’intrigue et ce pourquoi les deux garçons vont devoir se battre et j’ai trouvé que c’était plutôt un bon point. On peut aussi, ainsi, en apprendre plus sur les personnages qui sont au coeur de l’histoire, chose qui n’aurait peut-être pas été possible si il y avait eu de l’action.


Certes, il y a quelques scènes et éléments choquants mais ils ne prennent pas le pas sur le reste même si ça reste tout de même des éléments assez indispensables à mon goût: cela met en avant les vices des personnages, ainsi que la cruauté dont Laurent pouvait faire preuve et son côté calculateur.


En bref, je ne me suis pas ennuyée et je sens que l’attente pour le tome 3 sera longue…
4/5

Chronique, Jeunesse, La sélection, lecture, livres, Romance

L’élite [La Sélection #2]-Kiera Cass

Editions: Robert Laffont (R)
Genre: Jeunesse, Romance
Nombre de pages: 308 pages
Résumé: La Sélection de 35 candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Élite restante n’est plus composée que de 6 prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illéa, cette petite monarchie régie par un strict système de castes et déchirée par deux factions de rebelles qui veulent la faire tomber.
Pour America Singer, la donne est encore plus compliquée : ses sentiments pour Maxon viennent se heurter à son amour d’enfance pour Aspen, garde royal qui hante les couloirs du palais, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales… Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête de la décision qui changera à jamais sa vie…
Mon avis:

Tout de suite après avoir fini le premier tome, je me suis plongée dans le second (et mine de rien ça ne m’arrive pas si souvent que ça parce que j’aime bien lire autre chose entre deux tomes).

On retrouve America et le prince Maxon, ainsi qu’Aspen (que j’aime toujours aussi peu). Depuis la fin du premier, il ne reste plus que six candidates (et America le prend plutôt bien, pourtant ça veut dire qu’il restera moins de semaines et donc moins d’argent pour sa famille). Après s’être faite jetée comme une vieille chaussette par Aspen qui revient comme si de rien n’était, America est face à un choix : Aspen ou Maxon ? Anonymat ou devenir princesse ? On suit ses doutes jusqu’à la fin.

Toute personne saine d’esprit lui conseillerait de choisir Maxon. Du moins, au début. Parce que si celui-ci était adorable dans le premier tome, il ne se prive pas de briser à son tour le coeur de cette pauvre America, toujours tiraillée entre deux hommes. Suite à ça, l’un ne vaut pas vraiment mieux que l’autre… mais Maxon quand même quoi. Parce que malgré son comportement de goujat la plupart du temps, il reste adorable à d’autres moments.

Ce tome ne voit pas que le choix s’affiner, ni les déceptions amoureuses ou les doutes de cette chère America : on en apprend un peu plus sur Illéa, sur comment ce royaume est né, etc. Si durant le premier tome on a eu le droit à seulement quelques attaques, ici le système politique se développe . On en apprend aussi un peu plus sur certains personnages, notamment sur une Sélectionnée dont je ne révélerai pas le nom, du moins sur certains de ses agissements, mais on apprend aussi que d’autres personnages ne sont pas vraiment sympathiques.

Malgré les défauts ou les choses qui m’ont gênées dans ce tome, c’est toujours aussi addictif, mises à part les phases de doute d’America qui deviennent vite très ennuyantes (pauvre Maxon, je comprends pourquoi il est allé voir ailleurs. Mais je comprends aussi America parce qu’ils ne se connaissent pas vraiment). En revanche, une chose n’a pas changée : je déteste toujours autant Aspen !

Désolée pour cet avis un peu décousu, mais je ne sais plus vraiment si telle ou telle chose s’est passée dans ce tome-ci ou dans le précédent, donc assez difficile de faire mieux, désolée. En revanche, ce qui est sûr c’est que j’ai très envie de continuer avec le tome 3 dès que je le peux… c’est-à-dire dès que je l’ai. J’y peux rien, c’est trop addictif.
Ma note:


Chronique, Jeunesse, La sélection, lecture, livres, Romance

La sélection-Kiera Cass

Editions: Robert Laffont (R)
Genre: Jeunesse, Romance
Nombre de pages: 343 pages
Résumé: 35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie.
Quand la dystopie rencontre le conte de fées !

Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne…
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d’Illeá, la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d’office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu’elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles…
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés : l’existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu’elle n’aurait jamais osé imaginer ?

Mon avis:

Je me suis finalement laissée tentée par cette saga qui me faisait de l’oeil avec ses couvertures juste magnifiques. D’ailleurs, en les voyant, je m’étais dit direct que c’était un truc vraiment de midinette etc, et au final pas tant que ça.

C’est avec plaisir que je me suis plongée dans les premières pages de la Sélection. On ne tourne pas autour du pot : c’est le sujet principal, et on en parle dès la première page, malgré les hésitations d’America à s’y inscrire. La Sélection, c’est quoi ? C’est un jeu qui a pour but de fournir une épouse au prince Maxon : 35 filles sont sélectionnées et seront éliminées au fur et à mesure par ce prince. (en gros c’est le Bachelor mais dans le futur avec un gouvernement de castes tout pourri.)

On fait donc la connaissance d’America, et de celui qu’elle aime, Aspen. Cette jeune fille n’est pas très emballée à l’idée de tenter sa chance, mais sa mère la prend par les sentiments en lui parlant d’argent du coup elle accepte (on s’en doute bien, on va pas suivre l’histoire du point de vue de la seule fille qui s’est pas inscrite quoi). Donc, elle s’inscrit, puisque son bien-aîmé qu’elle voit illégalement et sa mère le souhaitent, et manque de pot elle est Sélectionnée. Elle entre donc dans le château et rencontre le prince. (Grosso modo parce que je veux pas trop spoiler, mais on se doute bien que ça va se passer sinon ça a pas d’intérêt).

Moi qui avait peu d’attentes par rapport à ce premier tome, j’ai été agréablement surprise ! C’est très addictif. Le style, pas franchement exceptionnel selon moi, est pourtant simple et efficace, l’auteure donne envie de poursuivre la lecture. Je ne me suis pas ennuyée. Ce n’est pas grâce à un style hors du commun que l’auteure parvient à cette addictivité, mais à des personnages attachants. America est une jeune fille à qui, je pense, on peut facilement s’identifier, ou du moins on peut s’y attacher : elle n’est pas issue d’une famille riche, c’est clair qu’elle ne roule pas sur l’or. En fait, c’est mon personnage préféré parmi tous ceux que l’on rencontrent : le prince ne l’intéresse pas plus que ça, elle est drôle, elle a un caractère que j’ai tout simplement apprécié. Les autres filles, on ne peut pas en dire autant, notamment de Celeste qui est une véritable peste. J’ai tout de même bien aimée Marlee, qui est une jeune fille adorable. Au niveau des autres personnages, j’ai trouvé Maxon très gentil dans ce premier tome, en revanche j’ai détesté Aspen (on se demande pourquoi, franchement).

Un bon départ pour cette saga très addictive. C’est une lecture plutôt légère, que j’ai beaucoup appréciée.
Ma note:

Chronique, Chroniques Lunaires, lecture, Levana, livres, Marissa Meyer, Romance, Science-fiction

Chroniques Lunaires, tome 3.5: Levana-Marissa Meyer

Editions: Pocket (Jeunesse)
Genre: Science-Fiction, Romance
Nombre de pages: 201 pages
Résumé: « Miroir, mon beau miroir,
dis-moi, qui est la plus belle ? »

Pour les lecteurs des Chroniques Lunaires, Levana est une reine cruelle qui se sert de son magnétisme pour imposer amour et crainte à ses sujets. Mais bien avant que Cinder, Scarlet et Cress ne se rencontrent, Levana a vécu une toute autre histoire, une histoire d’amour et de guerre, de trahison et de mort. Une histoire qui n’a jamais été contée… jusqu’à présent.

Mon avis:

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé l’univers des Chroniques Lunaires avec cette nouvelle concernant la reine Levana, un personnage qui m’a plutôt intriguée dès le départ lors de ma lecture des autres tomes. Je les avais beaucoup appréciés, et cette nouvelle n’échappe pas à la règle.

En tout cas, ce fut très agréable d’en savoir plus sur Levana, un peu présentée comme la « grande méchante » de la saga. Avant ce tome la concernant, nous ne la connaissions qu’en tant que personnage pour le moins monstrueux, qui ne supporte pas les miroirs, et qui aurait fait assassiné sa soeur et sa nièce pour accéder au trône de la Lune. Ici, on découvre la vérité, et tous les événements qui ont fait de Levana celle qu’elle est aujourd’hui.

Alors certes, certains agissements de la part de Levana ne sont pas pardonnables. Seulement, elle voulait bien faire, et on ne lui a pas forcément donné les outils pour: avec une soeur se moquant de sa laideur et de parents absents lors de son enfance, c’est sûr que Levana n’a pas eu le meilleur environnement pour apprendre les choses… Surtout sur la Lune, car le magnétisme est de plus une solution très facile pour se faire « aimer » des autres. D’ailleurs, on en a une belle démonstration de sa part ici. Alors certes, elle est encore jeune, et à cet âge on serait prêt à tout faire par amour, n’est-ce pas? Mais tout de même, c’est une première erreur de sa part.

Une lecture agréable grâce à laquelle on en apprend plus sur le personnage de Levana et son histoire.
3,5/5

Chronique, Coup de coeur, Jeunesse, Katja Millay, lecture, livres, Romance, Tes mots sur mes lèvres

Tes mots sur mes lèvres-Katja Millay

Editions: Fleuve noir, collection Territoires
Genre: Jeunesse, Romance
Nombre de pages: 501 pages
Résumé: Ancienne pianiste prodige, Nastya Kashnikov désire aujourd’hui deux choses : traverser sa période de lycée sans que personne n’apprenne rien de son passé, et faire payer le garçon qui lui a tout pris – son identité, son âme, sa volonté de vivre.

L’histoire de Josh Bennett n’est un secret pour personne. Désormais, il veut qu’on le laisse seul, et les gens le font.

Tous… sauf Nastya, cette mystérieuse nouvelle fille à l’école qui a commencé à venir le voir et ne veut plus s’en aller, s’insinuant dans chaque aspect de sa vie. Mais plus il apprend à la connaître, plus elle devient une énigme. Alors que leur relation s’intensifie et que des questions sans réponses s’accumulent, il commence à se demander s’il apprendra un jour les secrets qu’elle cache… ou même s’il le souhaite réellement.

Mon avis:

Ce roman est avant tout l’histoire de deux adolescents mystérieux: Nastya a vécu un drame qui l’a menée à ne plus parler, mais qui a aussi détruit sa main, l’empêchant alors de pratiquer sa passion. Au fur et à mesure du roman, on obtient quelques éléments pour tenter de résoudre le mystère entourant cette jeune fille, mais ça a toujours un goût de trop peu, jusqu’à ce que lui est arrivé soit enfin dévoilé.

Il y a aussi Josh, que tout le monde évite. J’ai voulu savoir pourquoi très rapidement, mais au final, son histoire est révélée assez vite. C’est un personnage que j’ai trouvé très touchant.

En parlant d’apprécier les personnages, il m’a fallu un peu de temps avant d’apprécier Nastya, car je ne la comprenais pas. Au final, à partir du moment où j’ai su ce qui lui était arrivé, elle m’a beaucoup touchée et j’ai trouvé sa réaction face à tout ça tout à fait adaptée.

L’histoire est plutôt banale, si l’on ne prend pas en compte les personnages et le fait que Nastya ne parle pas, mais elle est très touchante. C’est un roman que je recommande.