Chronique, Fantasy, Jeunesse, lecture, livres, Non classé

Thya [La voie des oracles #1]-Estelle Faye

Aerie [Magonia #2]-Maria Dahvana Headley

couv58395782Editions: Scrineo
Genre: Fantasy, Jeunesse
Nombre de pages: 337 pages
Résumé:

La Gaule, au début du cinquième siècle après Jésus-Christ.
Cerné par les barbares, minés par les intrigues internes et les jeux malsains du pouvoir, l’Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement.
Dans une villa d’Aquitania, perdue au milieu des forêts, vit Thya, seize ans, fille du général romain Gnaeus Sertor. À cinq ans, elle a manifesté pour la première fois des dons de devin. Mais dans l’Empire chrétien, il ne fait plus bon être oracle, et à cause de ce secret qu’elle doit garder, Thya est devenue une adolescente solitaire, à l’avenir incertain.
Lors d’une des visites en Aquitania, Gnaeus tombe sous les coups d’assassins à la solde de son fils Aedon qui souhaite s’emparer de son siège au sénat. Il est ramené à la villa entre la vie et la mort et Thya cherche dans ses visions un moyen de le sauver. Son don lui permet d’apercevoir la forteresse de Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a obtenu sa plus grande victoire contre les Vandales. Elle comprend alors qu’elle doit s’y rendre et s’enfuit dans la nuit.

Sa route sera pavée de rencontres, Enoch, un jeune et séduisant barbare, ou encore un faune, un être surnaturel issu du monde païen, et Thya va évoluer et découvrir un monde en mutation qui n’est pas exactement celui que lui décrivait son père…
Mon avis:


J’ai toujours aimé la mythologie, ce livre m’intriguait donc. Je ne sais plus vraiment si je l’ai découvert via Booktube ou si sa couverture m’a attirée, mais je me suis plongée dedans les yeux fermés, sans hésitation. Malheureusement, ce premier tome a un goût de déception.

Lire la suite « Thya [La voie des oracles #1]-Estelle Faye »

Chronique, Fantasy, lecture, livres

Aerie [Magonia #2]-Maria Dahvana Headley


Editions: Harper Collins
Genre: Fantasy
Nombre de pages: 320 pages
Résumé: Where
is home when you were born in the stars?

Aza Ray is back on earth. Her boyfriend Jason is overjoyed. Her family is healed. She’s living a normal life, or as normal as it can be if you’ve spent the past year dying, waking up on a sky ship, and discovering that your song can change the world.

As in, not normal. Part of Aza still yearns for the clouds, no matter how much she loves the people on the ground.

When Jason’s paranoia over Aza’s safety causes him to make a terrible mistake, Aza finds herself a fugitive in Magonia, tasked with opposing her radical, bloodthirsty, recently-escaped mother, Zal Quel, and her singing partner Dai. She must travel to the edge of the world in search of a legendary weapon, The Flock, in a journey through fire and identity that will transform her forever.

In this stunning sequel to the critically acclaimed Magonia, one girl must make an impossible choice between two families, two homes—and two versions of herself.

Mon avis:

Magonia, le premier tome, était poétique et la fin m’avait donné envie de découvrir la suite. Après une longue attente, je me suis enfin procuré ce second (et dernier?) tome. Malheureusement, il n’a pas été à la hauteur de mes espérances, et je vous explique pourquoi.

Lire la suite « Aerie [Magonia #2]-Maria Dahvana Headley »

Chronique, Fantasy, Jeunesse, lecture, livres

Magnus Chase et l’épée de l’été [Magnus Chase et les dieux d’Asgard #1]-Rick Riordan

Editions: Albin Michel (Wiz)
Genre: Jeunesse, Fantasy
Nombre de pages: 544 pages
Résumé: Le jour où Magnus Chase apprend qu’il est le fils d’un dieu nordique, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est plutôt surpris !
Il semblerait que les dieux d’Asgard se préparent à entrer en guerre. Or c’est lui, Magnus, qui doit empêcher la fin du monde en mettant la main sur une épée disparue il y a des milliers d’années ! Comme si tout cela ne suffisait pas, voilà qu’un géant de flammes attaque la ville, forçant Magnus à choisir entre sa vie et celle de milliers d’innocents…Mais, pour un demi-dieu, qu’est-ce que la mort sinon le début d’une nouvelle vie ? Magnus se réveille à l’Hôtel Vallhala, le paradis des guerriers : sa première grande aventure peut commencer.

Mon avis:

Etant grande fan de la saga Percy Jackson du même auteur, je me devais de me procurer le premier tome de cette nouvelle saga qui semblait prometteuse. C’est donc avec un peu de crainte, je l’avoue, que je me suis lancée dans ce remake de Percy Jackson version dieux d’Asgard.

Ce qui ressort globalement de cette lecture est une déception. On sent que des éléments de la saga Percy Jackson ont tout bêtement été modifiés pour coller à ce nouvel univers, et ce n’était pas pour me plaire. On se retrouve face à un héros qui se retrouve catapulté dans un nouveau monde le jour où il découvre qu’il est le fils d’un dieu qui n’a pas eu d’enfants depuis un moment, et il doit retrouver un objet pour éviter la fin du monde. Le tout est éxecuté avec maladresse, et manque d’humour et d’une pincée d’action.

Pour ce qui est de nous faire découvrir la mythologie nordique, il y a encore du travail à faire. Je me suis clairement trouvée dans le flou, ce n’est pas assez bien expliqué, pas assez pédagogue (contrairement à Percy Jackson qui pour le coup m’avait fait découvrir une version certes édulcorée de la mythologie, mais quand même). J’espère ne pas rester sur ma faim pour ce point avec les tomes suivants.

Concernant les personnages, il me fut impossible de m’attacher à eux ou de ressentir quoi que ce soit à leur égard. Je n’en avais pas grand chose à faire du sort qui les attendait. Pourtant, ce n’étaient pas des personnages “lisses” puisque chacun avait son histoire et son caractère. Ces personnages n’étaient simplement pas attachants à mes yeux.

Au niveau de la plume, j’ai trouvé que le style était différent de ce que j’avais déjà lu de cet auteur. L’humour avait, à mes yeux, du mal à se mettre en place: je n’ai jamais ri aux éclats, tout au plus j’ai souri.


En bref, j’avais lu mieux de cet auteur. Je me suis ennuyée, ce fut une lecture plus que moyenne.
3/5.

Chronique, Fantasy, lecture, Lecture VO, livres, Romance

Kings Rising [Prince Captif #3]-CS Pacat

Editions: Berkley Books
Genre: Fantasy, Romance
Nombre de pages: 363 pages
Résumé: Damianos of Akielos has returned.

His identity now revealed, Damen must face his master Prince Laurent as Damianos of Akielos, the man Laurent has sworn to kill.

On the brink of a momentous battle, the future of both their countries hangs in the balance. In the south, Kastor’s forces are massing. In the north, the Regent’s armies are mobilising for war. Damen’s only hope of reclaiming his throne is to fight together with Laurent against their usurpers.

Forced into an uneasy alliance the two princes journey deep into Akielos, where they face their most dangerous opposition yet. But even if the fragile trust they have built survives the revelation of Damen’s identity—can it stand against the Regents final, deadly play for the throne?


Mon avis:


Quand j’ai commencé ma lecture, c’était surtout par envie de voir l’histoire entre Laurent et Damen évoluer. Je m’attendais à ce que ma lecture me plaise, mais pas à ce point.


Comme avec les tomes précédents, CS Pacat mène son intrigue d’une main de maître. C’est une histoire riche en rebondissements, mais aussi en révélations, et je suis passée par de nombreuses émotions. Je savais que, dans ce tome, il se passait certaines choses grâce à Tumblr, mais je ne m’attendais pas à ressentir tant de choses, à être surprise par ce que je savais déjà. C’est une auteure très douée et j’ai beaucoup aimé découvrir sa plume cette fois en VO, sans le filtre d’un traducteur. D’ailleurs, la lecture en VO est assez simple, seuls quelques mots m’ont posé problème, mais il était facile de deviner leur signification grâce au contexte. C’était un vrai plaisir de découvrir cette trilogie, et j’espère que l’auteure publiera d’autres romans de la même qualité.


En effet, je n’ai cessé d’être surprise par les retournements de situation, à tel point que je n’ai très vite plus su où donner de la tête. C’est assez perturbant de se mettre à détester son personnage préféré pour se remettre à l’adorer deux pages après, mais ça incite à tourner les pages! Cependant je rechignais à les tourner, parce que je n’avais pas envie de quitter Laurent et Damen, de quitter cet univers et cette histoire. Cela n’empêche pas que ce fut une lecture très rapide, que je ne voyais pas les pages passer, à tel point que j’avais l’impression de manquer des choses alors qu’en fait, pas du tout!


Au niveau personnages, on en découvre plus sur Laurent et j’ai vraiment aimé ça. Il n’est plus du tout l’homme froid et calculateur rencontré dans le premier tome. On découvre plutôt un garçon qui a vécu des traumatismes, et bien que l’étendue de ceux-ci ne soit pas révélée, on ne peut que trop bien s’imaginer ce qu’il a vécu. Au final, c’est un garçon qui a perdu son enfance car il était destiné à devenir le roi, mais aussi parce qu’il était déterminé à se venger de Damen. Ça m’a vraiment fait plaisir de le voir enfin exprimer des émotions, et, grâce aux quelques moments que l’on a de son point de vue, on peut s’immiscer un peu dans sa tête. Quand à Damen, depuis le début on le suit, mais c’est tout de même un personnage agréable que j’aime beaucoup.


La fin, elle, m’a fait passer par beaucoup de crainte. Les personnages se retrouvaient dans une situation assez stressante, et ça n’était pas facile de garder mon calme parce que je voulais à tout prix qu’ils gagnent. Pour moi, cette fin n’aurait su être meilleure, elle était ce que je recherchais et a même dépassé toutes mes espérances. C’est une conclusion très satisfaisante pour cette trilogie. Elle est puissante, percutante.


En bref, ce fut une excellente lecture, qui conclut parfaitement bien une trilogie qui s’améliore au fil des tomes et que je recommande chaudement.

Chronique, CS Pacat, Fantasy, lecture, livres, Prince captif, Romance

Le guerrier [Prince Captif #2]-CS Pacat

Éditions: Milady
Genre: Fantasy, Romance
Nombre de pages: 415 pages
Résumé: Alors que leurs royaumes sont sur le point d’entrer en guerre, Damen et son nouveau maître, le prince Laurent, doivent échanger les intrigues de palais contre la violence ouverte des champs de bataille. Contraint de dissimuler son identité, Damen est de plus en plus attiré par le dangereux et charismatique Laurent. Mais alors que la fragile confiance entre les deux hommes se renforce, les secrets de leurs passés risquent de leur porter un coup fatal…

Mon avis:

J’avais tellement adoré le premier tome qu’il fallait absolument que je continue cette série (et je n’enchaîne jamais deux tomes à la suite, c’est pour dire!).


Contrairement au premier tome, je n’ai pas lu Le guerrier d’une traite, mais seulement par fatigue ou pour retarder le moment auquel je tournerais la dernière page et où l’attente pour le 3ème tome commencerait vraiment. Cela ne veut donc pas dire que je n’ai pas trouvé l’histoire passionnante, bien au contraire.


J’ai pu sentir, dès les premières pages, que ce tome serait plein d’action et je ne me suis pas trompée. J’ai passé mon temps à m’inquiéter pour Laurent et Damen, à me demander comment ils s’en sortiraient, s’ils n’étaient pas tombés dans un piège, etc… (mais surtout à me demander quand est-ce qu’ils s’embrasseraient, je plaide coupable!). Il y avait plein d’action, mais aussi de tension (et visiblement les campagnes militaires rapprochent, dans ce royaume… )


J’ai trouvé que l’auteur avait réussi son coup, parce qu’en plus de ça, il y a des histoires de trahison. Ces dernières peuvent venir de n’importe où et autant dire que j’ai été choquée et surprise vis à vis des révélations sur un certain personnage dont je tairais le nom ici! Cette écrivaine sait décidément y faire concernant les personnages qui cachent bien leur jeu!


Il n’y a pas que de l’action dans tout ça: on peut aussi voir les relations entre les personnages évoluer (et je ne parle pas de Laurent et Damen, même s’ils sont mon couple préféré), et ça fait plaisir de voir qu’une sorte de fraternité a été instaurée entre les soldats, on pourrait presque se dire qu’ensemble, ils pourraient faire l’impossible alors que c’est une belle équipe de bras cassés!


Encore une fois, Laurent m’a surprise par sa capacité de planification, ainsi que sa capacité à être toujours pile à l’heure peu importe ce qu’il se passe. Ce gars est juste hallucinant, et, même si au départ je le voyais comme un connard fini, il est vite devenu mon personnage préféré. J’ai même failli pleurer pour lui, c’est pour dire!


En bref, mes pensées sont vraiment très positives à l’égard de ce roman, et j’ai vraiment hâte de pouvoir lire le tome 3!

Chronique, Fantasy, Jeunesse, lecture, livres

Les fiancés de l’hiver [La passe-miroir #1]-Christelle Dabos

Éditions: Gallimard

Genre: Fantasy, Jeunesse
Nombre de pages: 519 pages
Résumé: Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Mon avis:

Autant le dire dès le début, cette lecture n’a pas été simple pour moi. D’abord peu convaincue, j’avais totalement décroché. Ce n’est que parce qu’il était au CDI de mon lycée que j’ai repris cette lecture.


Globalement, je dirais que cette lecture fut assez moyenne. J’ai dû sérieusement m’accrocher sur la première moitié qui était lente, il ne s’y passe pas grand chose. C’est compréhensible, en un sens, parce qu’on rentre dans un monde complexe qu’il faut mettre en place et découvrir, mais je ne cessais de décorcher. Heureusement, la deuxième moitié était moins lente, plus intéressante. Cependant, j’ai trouvé ça dommage parce qu’au final, ça donne une histoire assez mal équilibrée, et il m’a fallu du courage pour la découvrir.


Concernant les personnages, j’ai vraiment eu du mal avec Ophélie. C’est une jeune fille très maladroite et naïve à laquelle je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher. Ne parlons donc même pas de son fiancé, Thorn, aussi chaleureux qu’une armoire à glace! Il est vraiment difficile à cerner et son comportement m’a sérieusement tapé sur les nerfs. Les seuls personnages que j’ai appréciés se trouvent dans la deuxième moitié, peut-être aussi parce que je les ai trouvés plus humains.


Malgré ces points noirs, l’histoire est tout de même intéressante, et plutôt complexe. On est amenés à se poser des questions sur tout le monde, sur qui pourrait vouloir mettre Ophélie hors-course, mais surtout à se demander pourquoi est-ce Ophélie qui a été choisie pour être la fiancée de Thorn, et quel rôle elle est censée jouer dans tout ça. Au final, c’est assez difficile à démêler et c’est pour ça que cette intrigue m’a plu.


Malheureusement, on se situe dans un univers complexe que j’ai eu du mal à cerner. C’est intéressant, certes, mais il a été difficile pour moi de m’en faire une idée bien précise: on a d’un côté des éléments modernes et d’un autre, des éléments plus anciens, et en plus de ça on se retrouve dans un lieu qui défie les lois de l’espace.


Malgré tout, j’ai tout de même très envie de découvrir le second tome, en espérant ne pas être déçue.
3/5

Chronique, Fantasy, lecture, livres, Prince captif, Romance

L’esclave (Prince Captif #1)-CS Pacat

Editions: Milady

Genre: Fantasy, Romance
Nombre de pages: 315 pages
Résumé: Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi.Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

Mon avis:

Même si ce n’est pas le genre de livre que je lis d’habitude, le résumé m’avait interpellée et je me suis donc procuré ce roman.


Je vais être claire tout de suite: si vous vous attendez à un aspect romantique entre les deux personnages principaux, Laurent et Damen, vous allez être déçus car il n’y en a absolument aucun. En revanche, cet aspect m’a assez plu parce qu’on s’éloigne de la romance simple et mignonne, du couple parfait etc. On est bien loin de tout ça!


Ce livre est loin d’être un chef d’oeuvre, il n’est pas exceptionnel mais cependant la plume de l’auteur est efficace. J’ai lu ce roman d’une traite, je ne parvenais pas à m’en détacher, il fallait absolument que je connaisse la suite. L’histoire m’a emportée dès la première page, je voulais toujours en savoir plus: pourquoi était-il arrivé cela à Damen, pourquoi Laurent était comme il est…


En soi, ce premier tome n’est pas vraiment plein d’action mais j’ai trouvé qu’il plantait un décor assez complet du monde dans lequel il est situé. De plus, il permet de mettre en place clairement l’intrigue et ce pourquoi les deux garçons vont devoir se battre et j’ai trouvé que c’était plutôt un bon point. On peut aussi, ainsi, en apprendre plus sur les personnages qui sont au coeur de l’histoire, chose qui n’aurait peut-être pas été possible si il y avait eu de l’action.


Certes, il y a quelques scènes et éléments choquants mais ils ne prennent pas le pas sur le reste même si ça reste tout de même des éléments assez indispensables à mon goût: cela met en avant les vices des personnages, ainsi que la cruauté dont Laurent pouvait faire preuve et son côté calculateur.


En bref, je ne me suis pas ennuyée et je sens que l’attente pour le tome 3 sera longue…
4/5

Chronique, Fantasy, Jeunesse, lecture, livres

Trilogie des gemmes, tome 3: Vert émeraude-Kerstin Gier

Editions: Milan (Macadam)
Genre: Fantasy, Jeunesse
Nombre de pages: 419 pages
Résumé: Gideon confie à Gwen qu’il ne l’aime pas, et sans son amie Leslie et son ange gardien, elle déprimerait. Ceux-ci lui rappellent qu’elle doit absolument découvrir ce que complote le comte de Saint-Germain. Gideon comprend qu’en voulant fermer le cercle de douze, le comte cherche autre chose qu’un remède aux maux de l’humanité. Dernier volet de la trilogie, après «Rouge rubis» et «Bleu saphir».

Mon avis:

J’avais vraiment hâte de commencer ce dernier tome pour enfin mieux comprendre, pour avoir les réponses à toutes les questions que je me posais depuis le début, et c’est chose faite! Décidément, Kerstin Gier n’a pas raté son coup puisqu’on va de surprise en surprise et je trouve qu’elle a mené le tout d’une main de maître, puisque je ne m’attendais pas à ça!

On retrouve Gwendolyn qui a le coeur brisé à cause de Gideon, toujours égal à lui-même, adorable à certains moments mais franchement irritables à d’autres, c’est à se demander sur quel pied danser! D’ailleurs, ce n’est pas le seul personnage exécrable, puisque la cousine de Gwen fourre encore son nez là où elle ne devrait pas pour essayer d’attirer des ennuis à Gwen.

Au niveau de l’intrigue, j’ai trouvé vraiment le tout très bien ficelé et les révélations viennent en temps venu. Certes, l’auteur a su nous faire patienter puisqu’on apprend enfin la vérité seulement dans le dernier tome et non des bribes disséminées dans toute la trilogie, mais ça valait sérieusement la peine d’attendre celui-ci pour enfin tout dénouer, pour connaître la vérité, et quelle vérité! Je n’avais clairement pas été préparée à ça. Cependant, il y avait parfois des petites incohérences comme des noms d’interlocuteurs qui ne correspondent pas ou bien Gwendolyn qui est en 1998 et qui change d’année la seconde d’après.

Puis, enfin, il y a les retournements de situation, qui, eux aussi, ont réussi à me surprendre. Certains événements m’ont fichu une peur bleue tellement je ne m’y attendais pas, et aussi parce que je m’attendais à ce que tout soit fini pour Gwendolyn, et qu’elle reçoive une punition terrible de la part du comte ou autre chose encore.

En bref, j’ai passé un très bon moment avec ce dernier tome et j’ai un peu de peine à quitter cet univers et ces personnages qui ont su me transporter jusqu’à la fin.
4,5/5

Chronique, Fantasy, lecture, lecture en VO, livres, Maria Dahvana Headley

Magonia-Maria Dahvana Headley

Editions: HarperCollins
Genre: Fantasy
Nombre de pages: 320 pages
Résumé: Aza Ray is drowning in thin air. Since she was a baby, Aza has suffered from a mysterious lung disease that makes it ever harder for her to breathe, to speak—to live. So when Aza catches a glimpse of a ship in the sky, her family chalks it up to a cruel side effect of her medication. But Aza doesn’t think this is a hallucination. She can hear someone on the ship calling her name. Only her best friend, Jason, listens. Jason, who’s always been there. Jason, for whom she might have more-than-friendly feelings. But before Aza can consider that thrilling idea, something goes terribly wrong. Aza is lost to our world—and found, by another. Magonia. Above the clouds, in a land of trading ships, Aza is not the weak and dying thing she was. In Magonia, she can breathe for the first time. Better, she has immense power—and as she navigates her new life, she discovers that war is coming. Magonia and Earth are on the cusp of a reckoning. And in Aza’s hands lies the fate of the whole of humanity—including the boy who loves her. Where do her loyalties lie?

Mon avis:

Magonia est un roman qui me faisait de l’oeil depuis un bout de temps. Je l’avais repéré grâce à sa couverture qui est l’une de mes préférées dans ma bibliothèque, et j’ai profité des vacances d’été pour le lire. Je ne le regrette pas, car je l’ai adoré.

On suit l’histoire du point de vue d’Aza, une jeune fille atteinte d’une maladie dont elle est la seule victime, et dont les docteurs ont dit que ce serait un miracle qu’elle atteigne l’âge de 16 ans. Par la suite, on a aussi le point de vue de Jason, son meilleur ami, un garçon très intelligent et qui sait beaucoup de choses. Par la suite, Aza quitte notre monde, laissant ses proches pensait qu’elle est morte, sans le vouloir, et rejoint le monde de Magonia. C’est un monde où elle peut vivre pleinement, où la respiration n’est pas une difficulté pour elle. Elle découvre qui elle est et apprend à vivre dans ce monde tant bien que mal, ainsi qu’à réaliser les plans de sa mère.

J’ai beaucoup aimé cette histoire. Le monde créé par l’auteure est unique en son genre, et elle a très bien su gérer tout ça. Au travers des yeux d’Aza, on est confus, puis on comprend peu à peu comment tout fonctionne. Le vocabulaire spécifique à Magonia est assez simple à assimiler, et j’ai beaucoup apprécié cela (ça fait du bien de lire un roman qui utilise un vocabulaire spécifique, mais qui n’a pas besoin de glossaire pour être compris).

L’écriture est fluide, on ne sent pas les pages passer. Le style est très harmonieux et m’a plu dès la première ligne. Le prologue m’a tout simplement coupé le souffle. Les personnages sont très attachants, si bien que l’auteure a su me faire pleurer durant le premier quart du roman (et ça, il faut le faire). J’ai adoré Aza, ainsi que Jason, même si ce dernier est un peu trop parfait à mon goût. En revanche, d’autres personnages cachent bien leur jeu, et ça a suscité ma surprise à la fin. D’ailleurs, quelle fin! A cause d’elle, j’ai très envie de lire le tome 2, mais il va d’abord falloir attendre sa sortie…

En bref, Magonia frôle le coup de coeur. J’ai adoré l’univers et l’ambiance, mais certaines choses m’ont dérangées et c’est pourquoi il ne s’élève donc pas au rang de coup de coeur.
4,5/5

Chronique, Fantasy, Jeunesse, lecture, livres, Renee Adhieh, The Wrath and the Dawn

The Wrath and the Dawn-Renee Adhieh

Editions: Putnam
Genre: Jeunesse, Fantasy
Nombre de pages: 395 pages
Résumé:  Chaque aube amène un horrible événement à une famille différente dans un pays dirigé par un meurtrier. Khalid, le Caliph de Khorasan âgé de 18 ans, prend une nouvelle épouse chaque nuit pour l’exécuter au lever du soleil. C’est donc surprenant et suspicieux que Shahrzad, jeune fille âgée de 16 ans, se propose pour épouser Khalid. Mais elle a un plan ingénieux pour rester en vie et se venger du Caliph, qui a assassiné sa meilleure amie et un nombre impressionnant d’autres filles. L’intelligence et la volonté de Shazi lui permettent de survivre à l’aube quand tant d’autres n’ont pas connue, mais… elle tombe amoureuse de celui qui a tué son amie.

Elle découvre que le meurtrier roi n’est pas ce qu’il semble, tout comme les meurtres de tellement de filles. Shazi est déterminée à découvrir la raison des meurtres, et à briser le cercle une bonne fois pour toutes.

Mon avis:

Encore un livre sur lequel il est difficile de mettre des mots, le troisième en une semaine. Sauf que cette fois, c’est un livre que je n’ai pas aimé.

J’en attendais tellement de ce livre, qui a fait tellement parler de lui dès sa sortie, ce livre que presque tout le monde a adoré! Du coup, je me sens un peu comme une outsider, limite une lépreuse du monde des lecteurs. Quand un livre fait autant parler de lui, je m’attends à être impressionnée, à ce qu’il me coupe le souffle.

Mais voilà, j’ai été énormément déçue, et pourtant j’étais super enthousiaste à l’idée de me plonger dans les pages de ce livre rose pétant. Tout d’abord, la plume de l’auteure ne m’a pas accrochée. Je n’ai pas eu le sentiment que j’ai quand je lis un livre écrit d’une plume exceptionnelle, je n’ai pas eu cette impression que les mots mènent la danse, qu’ils s’imbriquent parfaitement les uns avec les autres comme des pièces de puzzle, que c’est fluide. Pour moi, la lecture a été tout sauf fluide, et il y a une raison à cela. J’aurais dû m’y attendre, étant donné que c’est une réécriture des Milles et une nuits, mais ce livre est truffé de vocabulaire lié à la culture arabique. Ce vocabulaire est expliqué dans un glossaire à la fin, et s’il y a bien une chose que je déteste ce sont les livres qui ont besoin d’un glossaire pour être compris. N’ayant appris l’existence de ce glossaire que vers la fin du livre, j’ai donc essayé de deviner ce à quoi les mots en italique faisaient référence.

Ce ne sont pas les personnages qui ont rattrapé le coup. Je savais reconnaître les personnages principaux, c’est-à-dire Shazi, Khalid, Jalal, Despina et Tariq. Par contre, ne me demandez pas de sortir les noms des autres et à qui ils correspondent, parce que là c’est une toute autre histoire. De plus, ils n’étaient pas attachants, mis à part Khalid qui est un personnage tourmenté et qui a su me charmer, même si on le voit au travers des yeux de Shazi la plupart du temps. Les autres étaient juste des justiciers en vouloir, voulant rendre la monnaie de sa pièce au caliph, et je n’ai pas vraiment apprécié cette idée de vengeance qui les guidait. Ils veulent tuer un meurtrier, mais deviendront eux-mêmes des assassins, donc en suivant leur logique les proches de Khalid devraient vouloir les tuer et ainsi de suite… non?

Et puis, il y a l’histoire, qui n’a rien d’extra-ordinaire. Elle m’a semblé plate, fade, ne m’a pas impressionnée et m’a relativement ennuyée. Il ne se passe rien, mis à part à la fin, et encore vite fait quoi. L’action n’est pas présente, du coup ça ne rattrape pas le reste.

J’ai donc fait face à une énorme déception face à ce livre, et la seule chose qui m’a vraiment plu en fait, c’est le personnage de Khalid… peut mieux faire.
2/5.

Chronique, Coup de coeur, Fantasy, Héros de l'Olympe, Jeunesse, lecture, livres

Héros de l’Olympe, tome 4: La Maison d’Hadès-Rick Riordan

Editions: Albin Michel (Wiz)
Genre: Jeunesse, Fantasy.
Nombre de pages: 580 pages
Résumé: Percy et Annabeth ont trouvé les Portes de la Mort et sont maintenant prisonniers dans les Enfers, dans la Maison d’Hadès. Les cinq autres demi-dieux, Jason, Piper, Nico, Leo et Frank unissent leurs forces pour les sauver. À leur tour, ils doivent trouver l’entrée des Portes de la Mort. S’ils y parviennent et que Percy et Annabeth sont toujours en vie, alors les sept demi-dieux pourront sceller à jamais les Enfers et sauver la Terre de l’invasion des monstres de la Maison d’Hadès. Mais… arriveront-ils à temps ?

Mon avis:

Un livre terriblement passionnant.

On retrouve Percy et Annabeth dans le Tartare, un endroit angoissant dans lequel on ne sait pas ce qu’il risque de leur tomber dessus. J’avais vraiment hâte de revenir à leurs chapitres pour savoir s’ils allaient s’en sortir ou non. Les autres héros, eux, tentent de rejoindre la Maison d’Hadès tant bien que mal, car Gaïa fait tout pour leur barrer la route. Dans ce tome, j’ai vraiment apprécié Nico di Angelo; on en apprend plus sur lui, et ce que l’on apprend peut peut-être expliquer un peu son comportement, car venant des années 40, ça n’a pas dû être facile pour lui. Il y a aussi Léo, qui a eu, disons, une petite mésaventure mais c’était trop mignon, et je ne doute pas qu’il honorera sa promesse. C’est un personnage que j’apprécie beaucoup et je trouvais ça dommage que les autres ne fassent pas attention à lui et qu’il n’ait personne.

Sinon, comme d’habitude, j’ai trouvé l’histoire très bien menée. Surtout qu’on changeait de chapitre à chaque fois qu’il se passait quelque chose qui mettait nos héros dans une posture délicate, du coup ça me donnait envie de continuer à chaque fois pour savoir ce qui arriverait à nos personnages. En tout cas, c’est vite devenu mon tome préféré dans la saga et j’ai un peu peur de lire le dernier tome.

Désolée pour cet avis un peu brouillon mais je l’ai lu le mois dernier et du coup j’en ai pas beaucoup de souvenirs^^
Chronique, Fantasy, Héros de l'Olympe, Jeunesse, lecture, livres

Héros de l’Olympe, tome 3: La marque d’Athéna-Rick Riordan

Editions: Albin Michel (Wiz)
Genre: Jeunesse, Fantasy
Nombre de pages: 573 pages
Résumé: Annabeth, la fille d’Athéna, est sur le point de retrouver son ami Percy Jackson. À l’approche du camp romain, elle n’a qu’une crainte : et si Percy avait changé ? Si ces mois de captivité avaient fait de lui un romain ? Pire, s’il l’avait oubliée, elle ?
Mais une terrible prophétie ne tardera pas à allier les demi-dieux grecs et romains : celle-ci annonce que sept d’entre eux devront trouver et fermer les Portes de la Mort.
Annabeth, Percy, Jason, Piper, Leo, Hazel, et Frank n’ont qu’un seul indice : suivre la marque d’Athéna…

Mon avis:

Dans ce tome, Percy et Annabeth se retrouvent. Mais surtout, les sept demi-dieux se réunissent enfin!

C’est avec ce troisième tome que tout a commencé à me paraître en place: les sept demi-dieux sont ensemble, Gaïa se réveille bel et bien, la menace est bien réelle. La quête commence bel et bien.

Un tome qui pour moi a été partagé entre rire et angoisse: tout d’abord, parce que Leo et Percy sont drôles tous les deux. Ensuite, cette rencontre avec Narcisse était juste super. Mais aussi angoissant à cause de la quête d’Annabeth, suivre la marque d’Athéna, trouver un objet perdu. Mon sang s’est glacé quand j’ai découvert qui elle devrait affronter, et durant tout le moment où elle suivait la marque d’Athéna, j’étais très inquiète pour elle. Sa santé mentale a dû en prendre un sacré coup, mais c’était l’occasion de montrer qu’Annabeth est une fille très intelligente: là où les autres ont échoué, elle réussit. Mais à quel prix? Parce que cette fin m’a juste tuée.

C’est à bord du vaisseau de Leo que nos héros vont se rendre dans les terres anciennes, combattre deux géants qui retiennent Nico en otage. Ce dernier risque de mourir, ayant cinq graines de grenade pour le maintenir en vie, une pour chaque jour. J’étais vraiment très inquiète pour lui, et à chaque fois que les sept demi-dieux s’arrêtaient, l’inquiétude augmentait. Je n’appréciais pas vraiment ce personnage dans la saga des Percy Jackson, surtout quand il voulait se venger de Percy et tout, mais j’ai vraiment appris à l’apprécier quand il a commencé à l’aider, et savoir qu’il risquait de mourir était juste horrible. Voilà donc la quête de ce tome: sauver Nico, mais aussi trouver l’objet perdu pour Annabeth.

Autant dire qu’avec sept demi-dieux réunis, donc trois enfants des Trois Grands, les monstres ne se gênent pas pour attaquer, surtout dans les terres anciennes. On rencontre notamment un demi-frère de Percy, et la manière de le battre m’a fait rire. On rencontre aussi Bacchus, qui n’est vraiment pas mieux que sa version grecque! Cette rencontre nous fait alors prendre conscience du phénomène de schizophrénie atteignant les dieux. D’ailleurs, ces dieux, de leur côté, ont interdiction de sortir de l’Olympe, mais certains le font quand même. En tout cas ils ne sont pas forcément d’une grande aide dans le combat contre Gaïa et ses géants. D’un autre côté, on en apprend plus sur les portes de la Mort grâce à Nico.

Un bon troisième tome avec une fin dévastatrice bien comme il faut.
4/5.

Chronique, Fantasy, Héros de l'Olympe, Jeunesse, lecture, livres

Héros de l’Olympe, tome 2: Le fils de Neptune-Rick Riordan

« Deux cents légionnaires et y en a pas un qui soit fichu d’avoir un crayon ? Laissez tomber. »

Editions: Albin Michel (Wiz)
Genre: Jeunesse, Fantasy
Nombre de pages: 550 pages
Résumé: La déesse Gaïa s’apprête à lever l’armée des Géants, rappelés du Styx, pour faire régner le chaos sur le monde. Face à une telle menace, tous les demi-dieux doivent s’unir… Au Camp Jupiter, deux jeunes Romains sont désignés pour cette quête désespérée : Hazel Levesque, fille de Pluton, et Frank Zhang, un descendant des Argonautes. Mais la prophétie ancienne parle d’un trio. Et c’est un demi-dieu grec, au nom bien connu, qui doit leur prêter main-forte. Un héros qu’on croyait disparu, un héros appelé… Percy Jackson.

Mon avis:

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Percy dans ce tome. C’est un personnage auquel je m’étais beaucoup attachée dans la première saga, et sa présence m’avait beaucoup manquée dans le premier tome des Héros de l’Olympe.

Maintenant que l’on sait pourquoi Jason était amnésique et où se trouve Percy, on voit l’histoire de son côté. Percy arrive donc au camp des Romains, le camp Jupiter, huit mois après sa disparition. Il est amnésique, lui aussi, bien qu’il se souvienne d’Annabeth. Mais même amnésique, Percy ne perd pas son humour, et c’était vraiment super de le retrouver.

Dans ce second tome, on rencontre deux autres des demi-dieux qui devront prendre part à la quête pour vaincre Gaïa: Hazel Levesque, fille de Pluton, et Frank Zhang. Les deux ont quelque chose d’un peu secret: pour Hazel, c’est d’où elle vient, et pour Frank, c’est un don. Je les ai adorés tous les deux, ils sont juste trop mignons. On découvre aussi un personnage dont on sait qu’il va poser problème par le futur: Octave. Il avait vraiment besoin d’éventrer la peluche de Percy?

La quête n’est pas si différente que ça du premier tome, puisqu’il s’agit aussi de délivrer un dieu, et ici, il s’agit du dieu de la Mort, Thanatos, retenu captif par un géant. Sauf qu’entre deux, nos trois héros font bien plus que ceux du premier tome, du moins c’est ce qu’il m’a semblé, et parmi ces actions, ils retrouvent un trésor perdu de la légion romaine: son aigle, et ses armes d’or impérial perdues par le passé par la cinquième cohorte. Percy développe aussi une phobie de la noyade, ce qui est plutôt comique.

J’ai beaucoup aimé découvrir le camp des Romains, c’était vraiment pas mal. On rencontre un personnage dont on avait vaguement parlé dans le second tome des Percy Jackson, montrant bien que les gens et monstres que Percy avaient rencontrés se souvenaient bien de lui et étaient rancuniers. On rencontre aussi les aspects romains de certains dieux, et Mars m’a beaucoup fait rire, il est très différent d’Arès!

Un second tome qui m’a beaucoup plu.
4/5.

Chronique, Fantasy, lecture, livres, Non classé

Le héros perdu [Héros de l’Olympe #1]-Rick Riordan

Editions: Albin Michel (Wiz)
Genre: Fantasy
Nombre de pages: 576 pages
Résumé: Quand Jason, Piper et Leo arrivent au camp des Sang-Mêlé, ils ne savent pas du tout ce qui les attend. Apparemment, ce serait le seul endroit où les enfants des dieux grecs seraient en sécurité. Car Jason est le fils de Zeus, Piper la fille d’Athéna et Leo, fils d’Héphaïstos… Ils ont été choisis pour une quête bien dangereuse pour des demi-dieux inexpérimentés. Leur mission ? Délivrer Héra, la reine des Dieux, victime d’une terrible malédiction… Dès leur premier défi, ils doivent sauver leurs proches tenus prisonniers. Et aussi poursuivre leur mission, malgré des dangers qui peuvent leur coûter la vie…

Mon avis:

De retour dans l’univers de Percy Jackson, avec un nouveau danger, une nouvelle prophétie, et de nouveaux héros.

Lire la suite « Le héros perdu [Héros de l’Olympe #1]-Rick Riordan »

Chronique, Fantasy, Jeunesse, lecture, livres, Percy Jackson

Percy Jackson, tome 4: La Bataille du Labyrinthe-Rick Riordan

Editions: Le Livre de poche (Jeunesse)
Genre: Jeunesse, Fantasy
Nombre de pages: 416 pages
Résumé: Le grand combat va commencer… La vie de Percy est menacée. L’armée de Cronos s’apprête à attaquer la Colonie des Sang-Mêlé, en empruntant le Labyrinthe de Dédale. Percy et ses amis doivent trouver Dédale avant Cronos et tout faire pour lui barrer la route. Mais circuler dans l’enfer souterrain n’est pas aisé… surtout quand le chemin est parsemé d’effroyables pièges.

Mon avis:

Vous pouvez trouver mes avis sur les tomes précédents ici.


Pour le coup, j’ai trouvé ce tome-ci plutôt bizarre. Nos héros s’aventurent dans le Labyrinthe de Dédale, ayant pour objectif de trouver ce dernier afin de barrer la route à Cronos. Pour être franche, j’ai pas très bien compris comment trouver Dédale les aiderait à empêcher Cronos à attaquer la Colonie.

En fait, j’ai trouvé que ce tome était même presque de trop. Il n’y a pas vraiment de choses dignes d’intérêt qui s’y passent, et c’est bien dommage. J’ai trouvé que la quête était sans intérêt, sans but réel.

L’ambiance était particulière, et je n’ai pas aimé du tout. Le Labyrinthe est angoissant, mais surtout étouffant. Savoir que les personnages étaient sous terre, dans cet endroit clos, m’a vraiment beaucoup inquiétée.

Par contre, j’ai beaucoup aimée Calypso. Son histoire m’a beaucoup touchée, et j’aurais vraiment aimé la voir plus, mais c’était impossible.

En bref, un tome que j’ai moins apprécié que les précédents.
2,5/5