Anne-Laure Bondoux, Chronique, Jeunesse, lecture, livres

Tant que nous sommes vivants-Anne-Laure Bondoux

Editions: Gallimard
Genre: Jeunesse
Nombre de pages: 298 pages
Résumé: « Nous avions connu des siècles de grandeur, de fortune et de pouvoir. Des temps héroïques où nos usines produisaient à plein régime, et où nos richesses débordaient de nos maisons.
Mais un jour, les vents tournèrent, emportant avec eux nos anciennes gloires. Une époque nouvelle commença. Sans rêve, sans désir.Nous ne vivions plus qu’à moitié, lorsque Bo entra, un matin d’hiver, dans la salle des machines. »
Folle amoureuse de Bo, l’étranger, Hama est contrainte de fuir avec lui. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus. Leur amour survivra-t-il à cette épreuve ? Parviendront-ils un jour à trouver leur place dans ce monde ?

Mon avis:

C’est avec joie que je me suis plongée dans Tant que nous sommes vivants, le résumé me donnait très envie de découvrir cette histoire. Malheureusement, cette joie fut de courte durée puisque je me suis retrouvée face à une déception.

Ce livre est divisé en quatre parties, dans lesquelles on apprend à connaître Bo et Hama, ainsi que leurs amis. Alors que tout semblait aller pour le mieux, un accident terrible survient, et, petit à petit, Bo et Hama sont rejetés. Dans l’ensemble, la première partie m’a plu. La plume de l’auteur a su m’emporter directement dans l’histoire et j’ai aimé découvrir la vie des deux tourteraux, avant comme après l’accident.


Seulement, toutes les bonnes choses ont une fin. A partir du moment où Bo et Hama sont rejetés et s’en vont de la ville, rien n’a plus été. Le début qui laissait présager une très bonne lecture m’avait menti, et l’histoire a pris un tout autre tour. On découvre d’autres personnages, auxquels je ne me suis pas vraiment attachée car tout ça la tournure des choses me paraissait assez rocambolesque.

La suite ne m’a pas convaincue davantage. On découvre l’histoire du point de vue de la fille de Bo et Hama, dont je ne me souviens même plus du nom. Elle aussi tombe amoureuse, elle aussi fuit, et, comme par hasard, elle retrouve les amis de ses parents, puis leur ville… j’avais presque envie d’en rire, parce que quelles sont les chances que, dans un monde si grand, la fille suive les traces de ses parents en sens inverse?

En bref, je n’ai pas accroché à cette histoire qui me semblait pourtant prometteuse.

2,5/5


Publicités

3 thoughts on “Tant que nous sommes vivants-Anne-Laure Bondoux”

  1. Coucou! Non, je ne me force pas parce que je n'en ai pas envie pour quelque chose que je fais par plaisir à la base… Mais j'ai peur aussi de finir par tomber dans le blog uniquement coup de coeur ou déceptions parce que je n'aurais plus envie de donner mon avis sur l'un ou l'autre, même si ça ne peut être que temporaire… Le tout est de trouver le juste équilibre, j'imagine, même si ça prend du temps ça vaut la peine!
    A bientôt 🙂

    J'aime

  2. Hello ! Je viens de découvrir ton blog et je suis ravie de voir qu'on lit le même genre de livres toutes les deux ! Ce livre me tente énormément et j'espère ne pas être déçue par la deuxième partie, comme tu l'as malheureusement été… J'espère que tu auras de plus en plus d'abonnés, je me suis inscrite à ton blog mais je doute que je sois la dernière ! J'ai cru comprendre que tu ne te forçais pas à écrire si tu n'en avais pas envie et c'est vraiment intelligent car un blog s'est avant tout un plaisir et si ça devient une contrainte, tes chroniques manqueront de sincérité et ça se ressentira. Donc continues comme ça et à très vite 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s